Fork me on GitHub

Djangocong Tolosa - C'est déjà terminé !

Mise en bouche

C'est une fin de mois de novembre sur les chapeaux de roues, la semaine dernière j'étais à Rennes pour Djangocong-Breizh et ce week-end Django s'était invité au Capitole du Libre pour une série de conférences et d'ateliers.

Au programme des lightning talks, des conférences, des ateliers, du partage, des rencontres, des rires des projets et quelques bières.

Toulouse

J'ai pas mal vadrouillé en France mais je ne m'étais jamais rendu à Toulouse.

La première chose à savoir lorsqu'on quitte Paris pour Toulouse, c'est que le vrai bout du monde c'est Toulouse, cette petite bourgade de plus de 500000 habitants.

Avec l'arrivé du TGV en Franche-Comté, je n'avais pas réalisé qu'il était encore possible de passer plus de 6h dans un train sans changement pour atteindre une autre ville de France.

Je me suis donc fait, cette semaine, un petit tour de l'Hexagone en partant de Redon (à mi-chemin entre Rennes et Nantes) lundi soir pour aller travailler à Paris, prendre le TGV pour donner quelques heures de cours à l'UTBM de Belfort jeudi et vendredi, prendre ensuite un train de nuit pour Nîmes, arriver samedi matin à Toulouse et enfin se retrouver à Paris dimanche soir pour aller travailler lundi.

Alors oui, c'est encore possible de faire des longs trajets en train en France et je ne suis pas mécontent d'avoir organiser cette petite aventure pour me rendre au Capitole du Libre.

Novapost en force

Novapost était largement représenté puisque les 2/3 de notre équipe Python R&D se trouvait sur place : Lauréline, Benoit, Mathieu et moi.

C'était la première fois que je voyais Lauréline depuis mon arrivée chez Novapost et c'était très sympa de se retrouver tous les 4 IRL.

En plus d'être sponsor Novapost était sur tous les fronts :

  • 4 lightning talks sur 9.
  • 1 conférence sur 8.
  • 1 atelier sur 4.

Lauréline faisait partie du staff, et Benoît et moi avons géré le timing des différentes conférences.

C'était donc un moment très agréable et intense.

Je tenais à remercier chaleureusement Mathieu Leplatre. D'une part pour nous avoir hébergé Mathieu et moi, d'autre part pour avoir organisé et porté la Djangocong Tolosa 2012. Sans lui, cet événement n'aurait pas eu lieu.

Il y a eu environ 70 personnes sur les deux jours et nous nous accordons tous à dire que c'était une belle réussite.

Djangocon Tolosa au sein de Capitole du Libre

Au passage dans le vrai sud, le "g" de Djangocong est tombé.

Je ne sais pas si c'était intentionnel, mais je tiens à dire que ça été remarqué et que quelques conservateurs se sont empressé de le rajouter.

Faut-il adapter le nom en fonction des régions ?

Maintenant que Djangocong n'est plus uniquement dans le sud, la question se pose.

Pour ma part, j'aime bien la version avec le "g". ça me plait bien de garder l'esprit du sud et ça me plait d'autant plus qu'on personnalise la nom de la ville avec la langue locale : Djangocong Breizh / Djangocong Tolosa.

Mais tout ça ce sont des histoires de vieux briscars.

Une rencontre des communautés

La vraie nouveauté de Djangocong Tolosa est d'être intégrée au grand événement du Capitole du Libre. L'organisation était à la hauteur de ce grand événement Toulousain orchestré d'une main de maître par Thomas Petazzoni.

J'ai trouvé que c'était une très bonne idée qui correspondait bien à ma vision du libre : des communautés avec des objectifs similaires, mais des moyens différents, se retrouvent en un même lieu pour faire avancer les choses, partager et réfléchir.

La Quadrature du Net

Cela nous a également permis de participer à la conférence de Jérémie Zimmermann le véritable héros Francophone de l'internet (qui après avoir réceptionné son trophée de cassoulet) nous a raconté l'épopée ACTA et comment La Quadrature du Net au cours d'un combat de 4 ans a permis en favorisant l'engagement international des internautes une victoire historique contre le traité ACTA pour protéger nos droits.

Jérémie nous a également présenté la nouvelle ligne de conduite de la Quadrature du Net et je suis ravi de voir le retournement des objectifs.

Avec la bataille ACTA, la Quadrature était dans le combat contre ACTA, c'était nécessaire de ne pas laisser passer ce traité mais il est toujours bien plus facile de motiver les gens à empêcher quelque chose à combatre contre que de les amener à créer ou à proposer.

Or comme il nous l'a fort bien expliqué si on ne résouds pas le problème à la source, il faudra recommencer bientôt et combatre à nouveau un prochain arrangement.

Aujourd'hui La Quadrature du Net souhaite devenir force de proposition pour établir une bonne fois pour toute le droit au partage entres individus et là ça m'interpelle au point d'avoir envie de participer.

On se trouve maintenant dans un combat pour créer une solution durable pour légaliser ce qui de fait semble logique aux internautes.

La Hadopi a même prouvé que la culture appelle la culture et que plus on écoute de musique plus on devient consommateur de musique. (ça marche également avec le 7è art, plus on regarde de films plus on va au cinéma.)

Déjà avec les cassettes et les CD le partage était naturel, il faut donc arrêter de considérer tous les internautes comme des voleurs.

C'est le combat dans lequel s'engage la Quadrature du Net et je m'en réjoui.

Je me rappelle de ma première rencontre avec Jérémie Zimmermann, c'était lors de la Pyconfr dans une sombre cave ; la personne que j'avais en face de moi était tellement fatigué que j'ai été pris de peur en voyant à quel point le combat l'avait fatigué. J'ai donc été rassuré de voir reposé lors de son one-man show.

Djangocong Tolosa

Le vrai défi après avoir fait l'intégralité des conférences django francophones est de continuer à apprendre des choses.

De plus, dans une assistance composée de plus de la moitié de débutants, il faut également réussir à intégrer les nouveaux et ne pas se contenter de points de détails pour les experts.

C'est sur cette réflexion (suite à la conférence de David Larlet) que ce sont clôturées les conférences.

Les outils

Lors de cette conférence j'ai encore découvert quelques outils vraiment sympa :

  • LiveServerTestCase présenté par Julien Phalip un core dev Django qui m'a permis de découvrir ce nouveau moyen de tester son application Django avec Selenium/Requests sur un véritable serveur Http.
  • La présentation de Mathieu : Django pour les fainéants avec son lot d'outils vraiment utiles flake8, gorun, xfvb...

La bonne idée

Timothée Peignier nous a présenté une bonne idée pour séparer correctement les différentes parties de son service en proposant avant tout une API et en consommant ensuite cette API, je vous recommande la conf de Timothée Peignier là dessus.

Le retour d'expérience

Le retour d'expérience de Météo France sur Django, par Fabien Marty était tout simplement un pur bonheur.

"Django nous a permis de passer pour des développeurs de génie en gagnant plusieurs semaines sur le planning de développement."

La question

La question de cette DjangoCong, c'est l'asynchrone avec Django, quelles sont les solutions et la bonne solution ?

On a encore le temps d'y réfléchir un peu et quelque chose devrait être proposé dans Django 1.6.

On entends également de plus en plus parler de Tornado.

Les projets

À cette Djangocong, on a également découvert des beaux projets :

MySmeuh

Pour faire simple MySmeuh c'est l'outil libre qu'il manquait pour les associations, les groupes de musiques, ...

C'est un réseau social qui permet de partager entre ses membres.

Je pense que si vous avez une association, ça peut vous intéresser. On peut tester le service en s'inscrivant sur le site de l'association.

Ionyweb

Vous n'en avez sûrement jamais entendu parlé car ce projet a choisi Djangocong Tolosa pour faire son coming out.

Ionyweb est un CMS en Django qui a été développé en closed source durant ces 3 dernières années par Ionyse.

Cependant, avec la fin de l'aventure Ionyse, ses fondateurs, dont je fais partie, ont décidé de le rendre opensource et de mettre en place les moyens nécessaires pour que les personnes ayant besoin d'un CMS en Django puissent l'utiliser pour leur projet.

J'ai passé ces deux derniers jours à écrire la documentation technique et à peaufiner l'installation par défaut mais les efforts en valaient la peine.

Après un petit Lighning Talk reprenant la genèse du projet et expliquant ses objectifs, j'ai organisé ce dimanche matin un atelier pour le présenter.

L'effet était garanti, un thème par défaut basé sur le NotMyIdea de Pelican permet de commencer tout en douceur.

Le CMS est facile à améliorer, pluggable et je vous assure d'être disponible pour traiter vos Pull Requests rapidement.

On m'a reproché quelques petites choses :

  • le nom apparemment un peu difficile à prononcer,
  • le fait que le gestionnaire de fichier ne sache pas interdire la suppression d'une image si elle est utilisée dans le site,
  • le fait que les liens vers les pages ne se modifient pas automatiquement lors de la modification du slug de la page.

Ce sont des features intéressantes mais qui n'empêchent cependant pas de bien utiliser le CMS.

On m'a recommandé de faire un screencast, ce que je vais m'empresser de faire.

De mon côté, je suis extrêmement content d'avoir pu présenter Ionyweb et je pense qu'il apporte un bon lot d'innovations intéressantes :

  • La modification des pages basée sur une API.
  • Une interface javascript qui s'ajoute au site.
  • Des commandes guidant le développeur ionyweb-quickstart et ionyweb-manage
  • Une gestion poussée du référencement
  • Une gestion des noms de domaines
  • Une gestion des utilisateurs
  • La simplicité d'ajouter des plugins et des apps sans modifier le cœur du CMS.

Il reste encore de la documentation à écrire mais ce qui est écrit permet déjà de bien mettre le pied à l'étrier et de lancer son premier ionyweb en 3 commandes :

$ pip install ionyweb
$ make syncdb
$ make runserver

Si vous avez besoin d'un CMS en Django, franchement, ce serait dommage de ne pas l'essayer : http://www.ionyweb.com/.

Conclusion

Et bien, ça valait le coup de venir "au bout du monde" pour faire ces rencontres et participer à ce bon moment de partage.

L'année prochaine, j'espère qu'il y aura du cassoulet en quantité.

Comments !

blogroll

social